12190986_10153209252848059_5244810954467783465_n

Retour sur le Nanowrimo dont je parlais dans un article précédent. Pour rappel, le concept c’est d’écrire 50.000 mots en un mois, soit environ 1667 mots par jour. L’année passée je m’étais arrêtée à 32.000 mots, mais cette année, ça y est :

Capture d’écran 2015-12-13 à 13.14.09

61,490 mots ! 61,490 ! Oui j’avoue, je suis plutôt fière de moi !

Alors, laisse-moi te relater mon expérience. Cette année, j’avais décidé d’entamer le Nanowrimo d’une autre manière : tout d’abord en le commençant dès le premier jour (et non pas le deux ou le trois) et en m’intéressant à la communauté qui existe autour de cet évènement. J’avais bien réfléchi à ce que je voulais écrire, et les scènes étaient bien visualisées dans ma tête, plus qu’à les retranscrire. J’avais évité de faire trop de world building (construction de l’univers où se déroule la fiction) afin d’éviter de m’y noyer, ce qui m’était arrivé l’année passée. À trop vouloir construire le monde où se déroulait l’histoire, j’en ai oublié l’histoire. J’étais prête, et extrêmement motivée à l’idée d’avoir un tel challenge devant moi.

getdowntobusiness

Sauf qu’évidemment, le 1er novembre je me trouvais à Paris, et malgré le fait que je pensais faire le nanowrimo avec l’amie qui m’accueillait à Paris, nos journées se sont évidemment déroulées autrement. « Pas grave », me disais-je, « j’ai 4h de bus pour écrire demain, je rattraperai les 1667 mots de retard sans problème ». Sauf qu’une fois dans le bus, clavier et iPad sortis, j’ai eu le déplaisir de découvrir que mon clavier ne fonctionnait plus. Et c’est donc à la force de mes doigts que j’ai commencé mon Nano, avant de retrouver un vrai ordinateur et un clavier chez moi. Bref, malgré des débuts un peu chaotiques, j’étais en bonne voie, et je n’avais que quelque 1500 mots de retard. Comme vous pouvez le voir sur le graphique en haut qui suit mon compteur de mots, généralement, les jours de travail je n’écrivais que très peu. J’avais beau prendre mon clavier avec moi, dans le train à 7h du matin je n’étais pas en état pour écrire. Et au retour, après une journée de travail, il ne fallait pas y compter non plus. Mais malgré ça, c’était du temps que je prenais pour rêvasser et penser à ce que j’écrirais plus tard.

anigif_enhanced-buzz-29258-1383001590-27

Et les week-ends je m’y donnais à fond. Je parvenais alors à rattraper mon retard. Pourtant, au début, j’avais de nouveau ce juge intérieur qui venait me dire que tout ce que j’écrivais était mauvais et qu’il fallait tout recommencer. Et je bloquais sur chaque phrase.

giphy

tumblr_inline_nn7svptjvL1r0x68m_500

Heureusement, j’avais découvert la communauté belge du Nanowrimo et même si je ne suis allée à aucune des rencontres sur Bruxelles (problèmes d’horaire et de timidité excessive), j’y ai vraiment trouvé le soutien que je cherchais. J’y ai eu des réponses à mes questions, des conseils plus ou moins gentils :

anigif_enhanced-buzz-22158-1374620918-9

On était tous là dans un but commun, avec des craintes et des envies personnelles, mais qu’on savait pouvoir partager avec d’autres. Je me suis rendu compte que même si j’avais des doutes sur certains points, je pouvais aider d’autres nanoteurs avec certaines de leurs questions. On était là pour se soutenir et se réconforter dans les moments durs, par exemple quand cette nanoteuse a perdu tout ce qu’elle avait écrit depuis le début du mois parce que son ordinateur l’avait définitivement lâchée (ce qui m’a rappelé de faire de nombreuses sauvegardes sur différents supports). Tout le monde derrière son écran souhaitait l’aider à retrouver ce qu’elle avait fait ou l’encourageait à reprendre en disant qu’il n’était pas encore trop tard. J’ai moi-même eu mes coups de frousse quand tout ce que j’avais écrit sur la journée a disparu quand le programme a planté. Heureusement ce n’était pas une journée productive.

anigif_enhanced-21289-1394745610-7

Pour revenir à la communauté nano, j’étais contente le soir de m’aventurer sur le chat IRC pour partager les accomplissements ou non de la journée. J’y ai découvert les WW (word wars : guerre de mots) qui m’ont vraiment boostée. Le principe ? Vingt minutes (ou trente selon le choix des modérateurs) pour écrire le plus de mots possible.

anigif_enhanced-21332-1394745939-13

Le but derrière c’est de dénouer son écriture, on doit écrire le plus possible donc on n’a pas le temps de s’arrêter sur chaque phrase. Je ne pensais pas y arriver au début, mais au final j’étais assez fière de moi en sortant des 800 mots en 20 minutes. J’arrivais même à en impressionner certains (même si tu es loin des premiers qui te tapent 1500 mots sans problèmes).

anigif_enhanced-6100-1394744383-2
Quand on me demande comment je suis parvenue à écrire autant

Certains soirs, on jouait contre les Flamands, ou contre les Français. Il y avait alors un double but, battre l’autre équipe évidemment, mais aussi (et surtout) arriver tous ensemble à dépasser un certain nombre de mots : 250.000 par exemple. Dans ces moments-là, grâce à cette agréable compétition, je me sentais vraiment capable de le faire.

anigif_enhanced-19966-1394744436-1

Après, malgré le soutien de la communauté, il ne faut pas se faire d’illusions. Il y a des jours où ça ne va pas, et pour ma part me forcer à écrire ne donne jamais rien de bon.

Il y a les jours où on ne sait pas quoi écrire :

anigif_enhanced-12726-1394744790-1

Les jours où on écrit pendant sept heures, mais qu’au final on n’a écrit que 150 mots :

Seven+hours+of+essay+writing+later_dac8e4_5492141

Les jours où on a l’envie d’écrire, mais où les mots ne sortent pas, mais où on essaie quand même :

Writing5

Par contre, il y a des jours merveilleux ou des heures particulières.

Ces moments où on n’écrit pas assez vite pour suivre la scène qu’on visualise :

tumblr_m9010sXDqf1qdhag9o1_500

La satisfaction d’avoir écrit un passage exactement comme on l’imaginait :

I-am-so-great-The-Simpsons

Avoir trouvé le mot exact pour exprimer le fond de notre pensée :

anigif_enhanced-16629-1394746376-7

Il y a également plein d’initiatives autour du Nano. Sur Reddit par exemple, certaines personnes font des offres pour faire la couverture de votre livre. Ça en motive beaucoup dans leurs moments de doute et leur redonne un coup de boots. D’autres redditeurs proposent de dessiner une scène de votre roman… On discute des programmes de traitement de texte, de la mise en page, de nos passages préférés…

Bref, ce fut une fantastique expérience, dont la fin reste douce-amère malgré tout. Évidemment j’ai été ravie d’atteindre les 50.000 mots et même de les dépasser, soulagée que cela s’arrête enfin et triste à la fois.

tumblr_mlv4orptYp1rhnk3wo1_500

Pour moi c’est venu un peu comme une surprise. Avec quelques autres belges, on avait lancé une WW, j’avais écrit 400 mots dans la première manche et il m’en restait moins de 1500 pour atteindre les 50.000 mots. Je sentais que c’était « un jour sans », mais je voulais quand même finir. J’aimais l’idée d’avoir fini le Nanowrimo le 29 novembre et non pas le 30 : avec de l’avance ! Et alors que j’ajoutais les 400 mots que j’avais écrits dans mon compteur en copiant-collant mon texte. Je me suis rendu compte que lors de l’export… J’oubliais à chaque fois d’exporter un chapitre de mon histoire. Et bam, d’un coup c’était plus de 10.000 mots qui s’ajoutaient à mon compteur. J’avais gagné… un peu par surprise. J’étais vraiment heureuse.

tumblr_static_tumblr_static_5vsks39rhrc48g4cw40kgkogk_640

J’avais dépassé les 50.000 mots et même mieux, les 60.000, et j’ai décidé d’en rester là. Je suis loin du tiers de l’histoire que je veux raconter, et je me rends compte que mon projet est peut-être trop ambitieux pour débuter, mais il me tient à cœur depuis très longtemps et je sais que j’y reviendrai.

Peut-être que j’attendrai le prochain Nano et que je me concentrerai sur autre chose en attendant. Mais ce qui est sur, c’est que le Nanowrimo j’y participerai encore. Et je ne peux que t’encourager à le faire également. Il est très satisfaisant de se rendre compte qu’on peut écrire 50.000 mots en un mois, ou du moins qu’on peut s’en approcher. Et j’ai été fière de pouvoir me tenir à un tel défi personnel.

PS : Oui je sais, il y a des gifs partout dans cet article, mais quand je n’écrivais pas mon Nano, je réfléchissais à cet article et à comment je l’écrirais. J’ai rassemblé plein de gifs en me disant que je ferais une sélection, mais je n’y suis pas arrivée. Fouette-moi si tu le souhaites, ami lecteur, mais je ne regrette rien.

Laisser un commentaire